Voilà Tout!
bienvenue sur notre forum !
le forum est de nouveau plublic !
Toto 7 Votre administrateur !
Votre forum a un tout nouveau nom !
Voilà Tout !
Bonne Année a tous
Voilà Tout!


 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bruno Mégret fait le bilan de l'action du FN à Vitrolles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zubule
Mes doigt surchauffe !
avatar

Messages : 634
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Terre Adélie

Feuille de personnage
test:
0/0  (0/0)
loto:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Bruno Mégret fait le bilan de l'action du FN à Vitrolles   Ven 10 Juin - 16:35

En savoir plus, le 04/09/2002
LE VRAI BILAN DE VITROLLES
Le vrai bilan de Catherine Mégret

L'ENJEU:SERVIR ET NON SE SERVIR


La catastrophe socialo-communiste

Avant le 9 février 1997, jour de l'élection de Catherine Mégret comme maire de Vitrolles-en-Provence, la commune était gérée par les socialo-communistes, et c'était la catastrophe. La ville se trouvait en état de quasi-faillite. Son endettement atteignait le chiffre record de 811 millions de francs, soit 21 260 francs par tête d'habitant, c'est-à-dire 85 000 francs pour une famille avec deux enfants. Sans cesse augmentés d'année en année, les impôts étaient eux aussi très élevés. Rien qu'entre 1992 et 1995, ils avaient augmenté en volume de 20%. Or, malgré le recours massif à l'emprunt et à l'impôt, l'équipe PS-PC ne parvenait pas à boucler son budget puisqu'elle a laissé en quittant la mairie des impayés non couverts de 59 millions de francs. Le plus grave est que ces dépenses colossales ne servaient pas les habitants puisque, dans le même temps, les bâtiments et le matériel de la commune se dégradaient : la mairie et les mairies annexes avaient triste allure, les écoles étaient dans un état de délabrement avancé, tout comme beaucoup d'installations sportives. Les équipements des services techniques (camions, bennes à ordures, balayeuses) étaient obsolètes ou en panne. Rien n'était entrepris par ailleurs pour embellir la ville. L'argent en effet, au lieu de servir les Vitrollais, était consacré à des dépenses inutiles ou nuisibles et se trouvait englouti dans des gaspillages, voire des détournements de fonds.

Ainsi le Stadium, aussi laid que démesuré, a-t-il coûté à la ville 100 millions de francs et son inauguration pas moins de 1 million de francs. Sans parler de l'équipe de handball qui coûtait chaque année aux contribuables Vitrollais plusieurs millions de francs. Le plus pénalisant a sans doute été le bradage du parc HLM de la ville pour une somme symbolique à un groupe privé. Et que dire des subventions versées par centaines de milliers de francs à des associations purement bureaucratiques dont les seuls bénéficiaires étaient leurs dirigeants, proches des socialo-communistes amis du maire ? Quant aux détournements alors dénoncés par notre équipe, ils sont aujourd'hui avérés puisque l'ancien maire et deux membres de son équipe ont été condamnés en appel par la justice.


Les Vitrollais abandonnés

Mais, au-delà de ce gaspillage et du détournement de l'argent des Vitrollais, le plus scandaleux est que la municipalité PS-PC semblait ne s'occuper d'aucun des problèmes de la ville, sous le regard d'ailleurs indifférent du RPR et de l'UDF. La ville connaissait en effet une insécurité galopante. Vitrolles était considérée comme la troisième ville la plus dangereuse du département, lequel se situait tristement dans le peloton de tête des départements français pour la délinquance et la criminalité. Et, alors que les Vitrollais se trouvaient quotidiennement confrontés à cette violence, à travers des cambriolages, des vols ou la détérioration de leurs voitures, le racket, la drogue ou les agressions, la municipalité socialo-communiste d'alors, refusant d'admettre les faits, parlait de "sentiment d'insécurité" et ne prenait des mesures d'ailleurs purement symboliques que pour faire illusion auprès de la population. Par ailleurs, obsédés par leur idéologie, les membres de cette municipalité socialo-communiste semblaient vouloir systématiquement privilégier leurs propres amis et plus particulièrement les immigrés. Qu'il s'agisse du recrutement du personnel municipal, de l'attribution des logements HLM, de la distribution des aides sociales ou de l'organisation des animations dans les maisons de quartier, ce sont les amis du maire de l'époque et les immigrés qui bénéficiaient le plus souvent des largesses de la municipalité dans le cadre d'un clientélisme politique outrancier. Quant au reste, les équipes socialo-communistes de la mairie se gargarisaient de grands mots creux, multipliant les initiatives "citoyennes", les forums de rencontres, les conseils républicains en tout genre, les soirées métisses, les festivals afro-méditerranéens.

Mais, derrière tout cela, il n'y avait rien d'utile à la vie quotidienne des Vitrollais. Pendant que l'équipe PS-PC gaspillait ou détournait l'argent public, favorisait les immigrés et multipliait des manifestations gauchistes, les Vitrollais ne voyaient plus rien venir. Leurs rues étaient de plus en plus sales, les murs se couvraient de graffiti et d'affiches sauvages, les espaces verts n'étaient plus correctement entretenus et les Français nécessiteux ne recevaient rien. La municipalité PS-PC n'écoutait plus les Vitrollais, persuadée que ceux-ci la soutiendraient simplement parce qu'elle prétendait être le rempart contre ce qu'ils dénonçaient de façon scandaleuse comme la menace fasciste.


Les mensonges anti-Mégret

Et, là aussi, il faut se souvenir des attaques qui ont été lancées avant les élections contre Catherine et Bruno Mégret et leur équipe.

Les offenses les plus ignobles ont été utilisées, les insultes les plus intolérables ont été lancées. Toute la classe politico-médiatique avait annoncé une catastrophe sans précédent si Catherine Mégret remportait les élections. Tous avaient prédit la violence, les émeutes, les incendies. Tous avaient annoncé que les entreprises quitteraient la ville, y compris Eurocopter. Et que les libertés seraient bafouées, que les Vitrollais seraient réduits en esclavage.

En réalité, six ans après, les choses sont claires : rien de tel ne s'est produit. Aucun bouleversement, aucune violence, aucune atteinte aux libertés, aucune mise en cause des droits des Vitrollais. Au contraire, l'insécurité a diminué, les impôts et les taxes ont baissé, les entreprises sont venues plus nombreuses. Même Eurocopter, dont l'équipe socialo-communiste avait dit qu'elle partirait, loin de quitter la ville, a ouvert à Vitrolles-en-Provence un nouveau centre pour former les pilotes d'hélicoptère par simulateur de vol. Quant à la propreté, elle s'est améliorée, la ville est mieux entretenue, les activités culturelles, sportives et d'animation se sont multipliées. Bref, la situation désastreuse dans laquelle se trouvait la ville avec Anglade et les socialo-communistes a été redressée grâce à l'action de la municipalité Mégret. Il apparaît donc clairement que la classe politique PS-PC, mais aussi UDF-RPR, ainsi que les médias ont menti et ont cherché à tromper les Vitrollais à propos de Catherine Mégret et de son équipe.


Le sabotage anti-vitrollais

Mais ils ont fait pis encore car, depuis l'élection, voyant que leurs mensonges allaient être révélés, constatant que la nouvelle municipalité tenait ses promesses, ils ont tout tenté pour l'empêcher d'agir. Celle-ci a ainsi subi de la part de la classe politique un véritable harcèlement. D'abord de la part de groupuscules séditieux de type Ras-l'Front qui ont cherché à créer un climat de violence et de tension en multipliant les provocations, n'hésitant pas par exemple à aller perturber les manifestations patriotiques qui sont pourtant une occasion de rassemblement et un lieu de consensus national. D'autres n'ont pas hésité à salir la ville et à la dégrader volontairement pour faire croire qu'elle était mal entretenue.

Au niveau des autorités placées sous la houlette des pouvoirs socialistes, le harcèlement a été institutionnel mais tout aussi intense. Pas une décision du conseil municipal qui ne soit épluchée et au besoin déférée devant le tribunal administratif. Alors que l'ancien maire, qui pourtant a été convaincu de détournement de fonds, n'a été soumis à aucun contrôle de la Chambre régionale des comptes, la gestion de l'équipe Mégret vient de subir, en dehors de toute procédure normale et juste avant les élections, un contrôle massif. Ironie du sort: les seules turpitudes découvertes par la Chambre des comptes sont celles de l'ancien maire ! La gestion Mégret, elle, s'est révélée saine et transparente. C'est ainsi que la Chambre régionale des comptes a décidé une vaste opération de contrôle et de vérification de la gestion PS-PC, remontant jusqu'en 1988, c'est-à-dire sur douze ans ; ce qui est un record en matière de contrôle.

Dans ce harcèlement destiné à essayer de tromper les Vitrollais, les plus actifs ont été les médias. Ainsi, au début du mandat, chaque décision de la mairie était montée en épingle, déformée et dénoncée comme une atteinte à la démocratie ou à la république. Lorsque la ville a cessé de subventionner l'association du Sous-Marin et entrepris de récupérer le local municipal qui avait été concédé gratuitement à celle-ci par l'ancienne municipalité, l'affaire est devenue un scandale médiatique. Pourtant, il est logique et traditionnel qu'une nouvelle municipalité redistribue les moyens dont elle dispose en fonction de ses priorités. Or, les priorités de l'équipe Mégret n'étaient pas d'aider un bar de nuit douteux et malsain. Et naturellement aucun média n'a expliqué que ce sous-marin avait été remplacé par une cyber-maison qui est un grand succès auprès de la population. De même, les médias n'ont pas hésité à mentir en affirmant que la censure avait été instaurée dans les bibliothèques de la ville alors qu'aucune publication, aucun livre n'a été retiré et que c'est au contraire le pluralisme qui a cours désormais avec l'entrée de livres et de journaux qui, pour ne pas être de gauche, étaient auparavant censurés. Les médias ont donc aidé les politiciens à mentir aux Vitrollais et à les tromper. Ils continuent encore aujourd'hui en affirmant par exemple que l'insécurité augmente alors qu'elle diminue, que la ville est mal gérée alors que l'endettement baisse ainsi que les impôts et que les investissements augmentent. Ils prétendent que Catherine Mégret est isolée alors qu'elle mène une liste de vaste rassemblement des Vitrollais.


Le succès de l'équipe Mégret

Pourtant, toutes ces attaques, ces harcèlements, ces mensonges et ces tromperies n'ont pas empêché l'équipe Mégret de tenir ses promesses et d'appliquer son programme. Rien ne l'a détournée de son chemin : aucune attaque politique, aucune pression médiatique, aucun harcèlement administratif ou judiciaire. Forte, solide et déterminée, l'équipe Mégret n'a qu'une préoccupation : servir les Vitrollais. Et c'est pourquoi elle a obtenu de si bons résultats.

Ceux-ci doivent être salués car ils ont été obtenus dans les conditions les plus difficiles. Il a fallu que Catherine Mégret et son équipe supportent, non seulement le passif catastrophique de l'ancienne municipalité socialo-communiste, mais aussi toutes les actions de sabotage et de retardement qui ont été menées contre elle pour tenter de l'empêcher de réussir. Pourtant, elle a réussi à tenir ses engagements.


LE BILAN: PROMESSES TENUES


En route pour la sécurité

Face à la gravité du problème, la municipalité a pris à bras-le-corps la question de la délinquance et fait de la lutte contre l'insécurité sa priorité absolue.

Des moyens considérables pour la sécurité

Dès la première année de mandat, les promesses électorales ont été tenues et la ville a multiplié par deux les effectifs de la police municipale pour les porter à soixante-dix. Comme il y a quatre-vingts agents de police nationale au commissariat de Vitrolles qui couvre notre ville et la commune des Pennes Mirabeau, on peut donc dire que la commune dispose de plus de policiers municipaux que de policiers nationaux et que Vitrolles-en-Provence est la seule ville de France où la municipalité fait plus que l'État pour la sécurité.

En outre, ces policiers ont été correctement équipés, armés et formés et ont reçu la mission d'agir en harmonie avec la police nationale contre les délinquants et les voyous.

Au début du mandat, l'ancien commissaire de police refusait de collaborer avec la municipalité et la police municipale. À la suite d'une petition lancée par Catherine Mégret, ce commissaire a été muté et remplacé par un fonctionnaire qui effectue son travail, comme ce doit être le cas dans toutes les villes de France, en assurant une bonne synergie entre police nationale et police municipale. Une convention a d'ailleurs été signée entre la ville et l'État pour la sécurité.

Parallèlement à l'augmentation des effectifs, nous avons ouvert un deuxième poste de police municipale dans les quartiers sud, avenue du 8 Mai 1945, là où des bandes sévissaient, afin de marquer notre volonté de ne pas laisser un pouce de terrain aux voyous. Plus récemment, un poste annexe a été ouvert au Vieux Village.

Une brigade d'intervention rapide a été créée qui, sur simple appel d'un numéro vert, intervient 24 heures sur 24 en quelques minutes. Dorénavant, au moindre incident, les Vitrollais ne se trouvent plus abandonnés à leur sort, des forces de police venant à leur aide dès qu'ils le demandent.

En outre, des patrouilles systématiques ont été mises en place qui, par application de la méthode de l'ilotage, assurent une présence importante dans la ville. Grâce à cette action, Vitrolles dispose de quatre patrouilles en permanence dans la journée et de trois durant la nuit, sans compter la police nationale, alors qu'il n'y en avait qu'une de jour et aucune la nuit à l'époque de M. Anglade.

La vidéo-surveillance a par ailleurs été remise en état et valorisée par une équipe d'agents qui surveillent les écrans 24 heures sur 24 et avertissent les équipes de policiers au moindre incident. Ce dispositif a encore été renforcé par deux brigades canines et une brigade équestre. De plus, des actions spécifiques ont été lancées. Chaque été, la police municipale assure la surveillance des maisons des Vitrollais en vacances qui en font la demande. Résultat : aucun cambriolage n'a été perpétré contre ces résidences. La police municipale a pris aussi en charge la surveillance intense de la zone industrielle. Le service de sécurité a également procédé au recrutement d'auxiliaires chargés d'assurer la surveillance à l'entrée et à la sortie de toutes les écoles de la ville. Enfin, l'équipe Mégret s'efforce d'apporter un soutien à toutes les personnes victimes de l'insécurité, comme elle l'avait fait courageusement au bénéfice de cet habitant de la Frescoule accusé d'avoir riposté face à un voyou. S'agissant des gens du voyage, l'équipe Mégret a multiplié les initiatives pour éviter leur présence intempestive dans des lieux où ils causent de nombreuses nuisances. Ainsi, elle a développé les actions préventives pour bloquer l'accès des caravanes. Une zone située hors des murs de la ville doit être aménagée à leur intention pour éviter qu'ils ne s'installent à proximité des habitations. De plus, toutes les actions judiciaires et policières sont diligentées pour les expulser le plus rapidement possible chaque fois que c'est nécessaire.

Une amélioration indiscutable

Le résultat de cet effort considérable est patent. Même s'il est très difficile d'obtenir des chiffres fiables, car ils font l'objet de diverses manipulations dans les sphères autorisées, il apparaît clairement que la délinquance a baissé chaque année à Vitrolles : 20% en 97, 11% en 98, 13% en 99, 22% en 2000. En outre, l'efficacité des services de police tant municipaux que nationaux est avérée : c'est en moyenne, pour l'année 2000, + 14% d'arrestations, + 41% d'affaires élucidées et + 62% de gardes à vue. Sur l'année 2000, la police municipale à elle seule totalise une moyenne annuelle de 22 arrestations et mises à la disposition de la police nationale. Le Figaro Magazine lui-même notait récemment que la criminalité a baissé de 17% à Vitrolles alors qu'elle a fortement augmenté dans le reste de la Provence. Des résultats qu'il convient encore de corriger dans la mesure ou ils prennent en compte les exactions fort nombreuses commises dans la zone commerciale où la police municipale ne pénètre pas.

Sur le plan de la sécurité civile, un effort très important a été également réalisé en faveur des pompiers mais aussi du comité feu qui a reçu le soutien financier de la ville.

Au total, c'est donc un effort considérable qui a été accompli dans tous les domaines pour la sécurité des Vitrollais et une amélioration indéniable qui a été enregistrée.


Le redressement économique et financier

La fin des gaspillages

En prenant les rênes de la ville, l'équipe Mégret a été immédiatement confrontée à l'état lamentable dans lequel M. Anglade et les socialo-communistes avaient plongé les finances communales : un endettement record de près de 22 000 francs par tête d'habitant ! Des impayés à hauteur de 59 millions de francs et une situation tellement tendue que les experts conseillaient de placer la ville sous la tutelle du préfet ou d'augmenter massivement les impôts.

Refusant de suivre ces mauvais conseils, Catherine Mégret et son équipe ont entrepris un vaste plan de redressement des finances de la ville. Pour cela, il a d'abord fallu faire la chasse aux gaspillages. C'est ainsi que les subventions versées à des associations plus ou moins "bidons" ont été purement et simplement supprimées, comme par exemple celles versées naguère à la boîte de nuit douteuse appelée le Sous-Marin. Il a fallu procéder également à des licenciements et à des coupes claires dans les dépenses de fonctionnement. Ainsi, les services de la mairie ont été restructurés. Au lieu d'un secrétaire général et de cinq secrétaires généraux adjoints couvrant chacun une direction, il n'y a plus qu'un secrétaire général et un secrétaire général adjoint en charge de trois directions plus resserrées. Le personnel municipal n'a cependant pas eu à souffrir de ces réorganisations, car l'équipe Mégret a maintenu les avantages sociaux des agents tout en exigeant en retour une plus grande efficacité.

Dans le même esprit, la plupart des contrats et concessions ont été renégociés ou soumis à de nouveaux appels d'offres afin d'en baisser les coûts. Ainsi en est il par exemple pour les assurances, la restauration scolaire ou le service des eaux.

Afin de donner l'exemple, les élus eux-mêmes ont renoncé à la plupart de leurs avantages. Les voitures de fonction attribuées à demeure aux élus ont été supprimées, les frais de représentation fortement diminués sur la durée du mandat. Mieux encore, les élus ont consenti une baisse de 30% de leurs indemnités.

La baisse des impôts et de l'endettement

Tous ces efforts ont permis d'engager un redressement financier spectaculaire de la ville. Conformément à ses engagements, Catherine Mégret et son équipe ont diminué les taux d'imposition chaque année. Ainsi, la taxe d'habitation, la taxe sur le foncier bâti et celle sur le foncier non bâti ont baissé tous les ans. Certes, ces diminutions ne sont pas toutes massives car l'état des finances ne le permettait pas, mais avoir pu les réaliser dans pareil contexte constitue déjà un exploit. Seule, la taxe professionnelle n'a pu être diminuée, car l'équipe Mégret n'en a plus la maîtrise, la précédente municipalité socialo-communiste ayant placé Vitrolles sous la tutelle d'Aix-en-Provence dans le cadre de la CCPA. Résultat : la taxe professionnelle ne baisse pas et ses produits sont largement confisqués par le maire d'Aix au profit de la communauté de communes. Malgré ces difficultés, l'équipe Mégret aura réussi à faire baisser la taxe d'habitation au point qu'elle est aujourd'hui, avec un taux de 8,9%, parmi les plus faibles des Bouches-du-Rhône (Salon 28,4%, Marseille 21,9%, Martigues 16,3%). De plus, la municipalité est parvenue à faire baisser le prix de l'eau de 10% sur la durée du mandat. Quant à la taxe des ordures ménagères, elle a diminué de 25%. Ainsi la municipalité de Vitrolles-en-Provence n'a t elle pas procédé comme dans les autres villes où les politiciens augmentent massivement les impôts les premières années pour les diminuer l'année des élections. Catherine Mégret, elle, aura baissé les impôts chaque année. Mieux encore, alors que la ponction fiscale diminuait, la ville a réussi à apurer le passif de 59 millions de francs laissé par la municipalité socialo-communiste. Parallèlement, elle a entrepris de réduire fortement l'endettement qui est ainsi passé de 811 millions à 687 millions, soit une diminution de près de 4 000 francs par tête d'habitant.

L'augmentation des investissements

Et tout cela n'a pas été réalisé au détriment des Vitrollais car, dans le même temps, la ville a réussi à augmenter les investissements de façon considérable. Alors que la capacité d'investir n'était que de 6 millions après la défaite des socialo-communistes, l'équipe Mégret a réussi à dégager pour l'année 2000 un budget d'investissement de 71 millions.

La transparence des comptes

On mesure ainsi à quel point le redressement financier a été mené avec énergie. Il a fallu pour cela calculer au plus juste toutes les dépenses et veiller tout particulièrement à la façon dont était utilisé l'argent des Vitrollais. Cela est d'ailleurs si vrai que la ville a subi récemment un contrôle massif de la Chambre régionale des comptes et que celle-ci n'a rien trouvé à redire sur la gestion de la ville. Pourtant, c'est le préfet aux ordres du pouvoir socialiste qui, croyant pouvoir épingler la municipalité à six mois des élections, avait lui-même ordonné ce contrôle. En réalité, ce dernier a révélé que la ville gérait au plus juste l'argent des Vitrollais en faisant exactement le contraire du gouvernement socialo-communiste au pouvoir à Paris qui, lui, perçoit tellement d'impôts sur les Français qu'il en a trop et se crée ainsi une cagnotte qu'il utilise en la redistribuant aux amis politiques.

À Vitrolles, au contraire, on commence par baisser les impôts et l'on voit ensuite comment utiliser au mieux le budget qui en résulte. C'est cette méthode qui a permis le redressement financier spectaculaire de Vitrolles-en-Provence, redressement d'ailleurs reconnu et salué par le milieu bancaire.


Au service des entreprises et des commerces

Afin de dynamiser l'économie de Vitrolles et de valoriser tous ses atouts au service des emplois et de la prospérité des Vitrollais, l'équipe Mégret a multiplié les initiatives.

La plus importante consiste en la rénovation complète de la zone industrielle. Alors qu'il s'agit d'une des zones les plus importantes et les mieux placées de la région, les secteurs d'activité des Estroublans et de l'Anjoly étaient peu à peu délaissés par les entreprises au bénéfice d'Aix-les-Milles ou d'Aubagne. L'ancienne municipalité socialo-communiste avait en effet totalement abandonné les entreprises et la zone, déjà ancienne, se dégradait. Les équipements, la voirie, la signalisation n'étaient plus à la hauteur de ce que peuvent aujourd'hui attendre les chefs d'entreprise d'une zone d'activité.

Aussi l'équipe Mégret a-t-elle lancé les études pour une requalification de la zone d'activité. Il s'agit de refaire la voirie, de remettre à niveau les réseaux et notamment celui d'écoulement des eaux pluviales, mais aussi de reconstituer une signalétique moderne et de réaliser des aménagements paysagers. Ces études sont aujourd'hui achevées, les marchés sont passés et les travaux ont commencé. Ce sont là des travaux de grande envergure qui vont mobiliser sur trois ans près de150 millions de francs cofinancés par la CCPA. À l'issue de cette période, les industriels de Vitrolles-en-Provence disposeront donc d'une zone industrielle entièrement rénovée qui pourra ainsi répondre aux exigences de leurs entreprises. Notre ville aura retrouvé son standing industriel.

Par ailleurs, l'équipe Mégret s'est efforcée de favoriser l'activité économique et notamment le commerce local par la dynamisation des marchés forains existants, la création d'un nouveau marché à La Frescoule et le soutien aux commerces de proximité. Les actions en faveur du retour à la sécurité sont évidemment dans ce contexte essentielles car, faute de tranquilité et de sérénité, le commerce périclite. Mais la municipalité a aussi réalisé des aménagements locaux, notamment en faveur du stationnement et de la signalisation, afin de favoriser l'accès aux commerces. Elle a également multiplié les animations et les actions de promotion de la ville pour rendre le commerce vitrollais plus attrayant.


Pour le travail et la prospérité des Vitrollais

Enfin, l'équipe Mégret a plus globalement entrepris d'assurer la promotion de la commune à l'échelle de la région. Et les résultats sont là : sur la durée du mandat, 143 nouvelles entreprises sont venues s'installer à Vitrolles-en-Provence et des centaines d'emplois ont été créés. Ainsi en est-il par exemple de l'implantation d'un centre de tri de la Poste (200 emplois), de l'installation de Médis (100 emplois) ou de la SDP (70 emplois). Dans le même temps, le taux de chômage des Vitrollais tombait à deux points en dessous de la moyenne départementale. Signe de la bonne santé de la ville, le coût de l'immobilier a augmenté en moyenne de 20% depuis l'arrivée de l'équipe Mégret. Augmentation qui améliore d'autant la richesse des Vitrollais propriétaires d'un bien.


La solidarité vitrollaise

Dans le même temps, l'équipe Mégret a mené une politique sociale particulièrement dynamique afin d'assurer la légitime fraternité qui doit exister entre les membres de notre communauté.

L'aide aux Vitrollais

Dès son arrivée, l'équipe Mégret s'est attachée à améliorer le service de la petite enfance. Du personnel a été recruté et une nouvelle crèche créée au Liourat. Les horaires d'ouverture des crèches ont été allongés et celles-ci fonctionnent dorénavant pendant les vacances pour mieux aider les mamans qui travaillent.

Catherine Mégret et son équipe ont également créé un service emploi pour aider les chômeurs Vitrollais dans leur recherche de travail. En 1999, près de 200 personnes ont trouvé un emploi grâce à ce service dont la performance est reconnue par les entreprises et par les chômeurs puisque le nombre de personnes qui se sont inscrites a été multiplié par trois en trois ans.

De même, le service logement de la municipalité a été renforcé et a permis à un nombre beaucoup plus important de Vitrollais d'obtenir un logement social correspondant à leurs besoins. En trois ans, le nombre d'attributions de logements a ainsi augmenté de 30%.

S'agissant de l'aide sociale proprement dite, là encore un effort considérable a été réalisé. Au lieu de servir un certain nombre de protégés souvent étrangers comme du temps de l'ancienne municipalité socialo-communiste, l'équipe Mégret a dirigé les aides vers ceux de nos compatriotes qui en ont vraiment besoin et a réussi en trois ans à augmenter ces aides de 25%.

De plus, les associations caritatives comme les Restos du cœur et surtout Fraternité française ont été aidées dans leur action au service de nos compatriotes en difficulté.

L'équipe Mégret a également consenti un effort tout particulier en direction de nos anciens. Les maisons et foyers de personnes âgées ont été rénovés, notamment le foyer de Bouillac et celui du chemin des Vignes. L'aide à domicile a pu se développer grâce à la baisse du prix des plateaux repas, à la mise en place de la prestation dépendance et à une aide au chauffage. Quant aux animations réservées aux personnes âgées, elles ont été multipliées et sont de plus en plus appréciées.

L'effort en faveur des écoles et des crèches

Enfin s'agissant des jeunes, la municipalité a développé l'accès aux centres aérés. Elle a en outre lancé un vaste programme de réhabilitation des écoles. Celles ci avaient en effet pour beaucoup été laissées à l'abandon par l'ancienne municipalité socialo-communiste. Malgré les difficultés financières de la ville, l'équipe Mégret a entrepris un programme de travaux qui sont effectués tous les étés pour un montant qui a déjà été multiplié par quatre depuis le début du mandat. Parallèlement, chaque école de Vitrolles s'est vue dotée d'un agent de sécurité assurant les entrées et sorties. Pour les écoles maternelles, en plus de la réfection des locaux et de l'ouverture des dortoirs, l'équipe Mégret a fortement augmenté l'effectif des assistantes maternelles. Désormais, il y a une assistante maternelle par classe.

Par ailleurs, l'ensemble des activités périscolaires a été repris en charge par la mairie qui s'est ainsi substituée à l'Éducation nationale défaillante. Le soutien scolaire et les activités pédagogiques ont été renforcés.

Enfin, l'ensemble des jeux pour enfants installés dans les écoles, les parcs et les squares de la ville a été renouvelé. Des équipements neufs conformes aux nouvelles normes de sécurité ont été systématiquement installés.


L'embellissement de la ville

Une autre priorité d'envergure aura été pour l'équipe Mégret d'assurer la qualité de vie des habitants et plus particulièrement d'embellir la ville.

La ville plus propre

Un effort considérable a ainsi été entrepris pour améliorer la propreté de la ville. Le nettoiement et le ramassage des ordures qui n'étaient plus assurés correctement ont été concédés à une entreprise privée. Il en est résulté une augmentation considérable des moyens consacrés au nettoyage des rues et au ramassage des ordures.

Dorénavant, les Vitrollais bénéficient d'une tournée quotidienne de ramassage des ordures dans tous les quartiers et d'une fréquence de nettoyage des rues nettement augmentée. La municipalité mobilise en effet dans la ville six bennes à ordures, cinq balayeuses et deux laveurs, alors que l'équipe socialo-communiste n'avait laissé en état de marche que trois bennes en tout et pour tout, aucune balayeuse ni laveuse n'étant plus opérationnelle. Ces améliorations ont été réalisées par l'équipe Mégret, et toutes sans augmentation des coûts pour la population puisque la taxe d'enlèvement des ordures ménagères a baissé de 25%.

La création du service de proximité

À cet effort considérable s'est ajoutée la création du service SVP Proximité. Depuis l'arrivée de l'équipe Mégret, les Vitrollais disposent en effet d'un numéro vert qu'ils peuvent appeler pour obtenir, dans les meilleurs délais, l'intervention des services techniques. Ce service de proximité est à la disposition des habitants pour tous travaux d'entretien ou d'amélioration de la voirie, des espaces verts ou de l'éclairage. En outre, le service de proximité procède, quartier par quartier, à de grands nettoyages des espaces publics. Ainsi la chasse aux graffiti et aux tags a-t-elle été entreprise et ceux-ci ont pratiquement disparu de Vitrolles.

L'embellissement s'est concrétisé également par une remise en état des principaux bâtiments publics. La mairie principale a été repeinte et celle du Vieux Village, où sont célébrés les mariages, entièrement rénovée.

De même, la municipalité a fait disparaître l'affichage sauvage et mis en place un programme destiné à réduire le nombre de panneaux publicitaires qui, dans la plus totale anarchie, enlaidissaient nos rues et nos carrefours. Deux cents panneaux ont ainsi été supprimés pour rétablir l'harmonie visuelle de nos rues.

La rénovation de la voirie

Mais, surtout, les efforts ont porté sur l'amélioration de la voirie. Malgré la faiblesse des crédits d'investissement en début de mandat, malgré l'absence de subvention du conseil général, l'équipe Mégret a engagé un grand programme de rénovation de la voirie. C'est ainsi que la municipalité a aménagé l'avenue Paul-Guigou, l'avenue de France et le boulevard Alfred-Casile dans le centre de la ville. Dans les quartiers sud, l'accent a été mis sur l'avenue Jean-Masset, la ferme de Croze et le rond-point de Fontblanche. Il faut citer également le rond-point des Cadenières, la route du Chemin de fer, le chemin du Trou du loup, le parking du centre urbain et l'allée de la Farandole, le parking du lycée Mendès-France, les Bagnols, le parking des Plantiers, le rond-point de Croze et l'avenue Marcel-Pagnol. Les études concernant le rond-point de l'avenue Mère-Thérésa et de l'avenue Jean-Monnet ont été achevées.

À l'occasion de ces programmes de rénovation, l'équipe Mégret procédé à une augmentation du nombre des places de parking de façon à faciliter encore le stationnement dans la ville. À ce jour, près de 120 places supplémentaires ont ainsi été créées dans les quartiers concernés.

De façon plus diffuse, l'équipe Mégret a par ailleurs lancé un programme
de réfection des trottoirs à travers la ville. Encore inachevé, ce programme qui court sur plusieurs années verra la réhabilitation de tous les trottoirs défectueux, comme cela a été le cas par exemple dans les quartiers de la Petite Garrigue et des Vignettes.

Dans le même esprit, la mairie a entrepris de traiter les "délaissés" de terrain, c'est-à-dire les terrains vagues situés entre plusieurs zones bâties et qui, restant à l'abandon, donnent un aspect de désordre dans une rue. Pour les faire disparaître, l'équipe Mégret a décidé de "terminer" la ville, c'est-à-dire d'autoriser sur ces terrains les constructions initialement prévues et non encore réalisées. Il s'agit là de programmes de construction limités, en général de maisons ou d'immeubles d'un étage.

Les actions d'embellissement

Toujours pour embellir la ville, Catherine Mégret et son équipe ont par ailleurs beaucoup fait pour les espaces verts et le fleurissement de la ville. Les parcs ont été étendus, notamment sur la corniche le long de l'avenue de France. Un programme de plantation de mille arbres a été mené à bien. Et surtout, les plates-bandes de fleurs ont été multipliées et considérablement enrichies pour donner de notre ville une image accueillante et heureuse faite de floraisons de couleurs et de plantes.

Ce programme d'extension des massifs fleuris a d'ailleurs reçu sa consécration nationale puisque la ville est aujourd'hui distinguée par deux fleurs obtenues au concours des villes fleuries. Et la municipalité encourage les particuliers à suivre cet exemple en organisant chaque année un concours des jardins, terrasses et balcons fleuris.

Enfin, pour renforcer ces actions d'embellissement, l'équipe Mégret a voulu introduire l'art dans nos rues. Une fresque intitulée l'Avion et l'enfant, commandée à un artiste de renom, a remplacé les affreux masques sur le mur du gymnase dans l'avenue principale de la ville. Et, surtout, un programme d'implantation de sculptures a été lancé. Une première série de quatre sculptures représentant les quatre vertus cardinales a été commandée. Le Courage du sculpteur Delorme est érigé sur le rond point d'Indochine et la Justice de l'artiste Bloch a été installée place de Provence à côté de la mairie.

Les Vitrollais aiment leur commune et souhaitent qu'elle soit la plus belle possible. C'est la raison pour laquelle Catherine Mégret a voulu que la falaise majestueuse qui domine notre ville et qui est en quelque sorte l'emblème de Vitrolles soit illuminée dès la tombée de la nuit. Dorénavant, notre cité scintille donc chaque soir de cette magnifique parure, visible depuis les bords de l'étang de Berre et qui fait l'admiration des dizaines de milliers d'automobilistes circulant sur l'A7 et des innombrables voyageurs aériens qui atterrissent à Marignane. Quant aux illuminations de Noël, elles ont été considérablement augmentées et améliorées.

Un programme considérable d'embellissement a donc été entrepris et mené à bien.

La défense de l'environnement

Dans le domaine de l'environnement, une action d'envergure a par ailleurs été engagée. Ainsi, pour assurer le retour à la pureté des eaux de l'étang de Berre, la ville a-t-elle mené à bien les études préalables à la construction d'une nouvelle station d'épuration plus performante, de plus grande capacité et conforme aux nouvelles normes. Les financements ont été dégagés et les travaux commenceront courant 2001. Parallèlement à cet effort considérable, une autre étude a été réalisée et les travaux destinés à reprendre le réseau d'écoulement des eaux pluviales afin de supprimer définitivement les inondations qui surviennent hélas trop fréquemment dans certaines rues et certains quartiers de la zone industrielle ont commencé. De même, la ville s'est associée activement au syndicat de la Cadière pour assainir entièrement les rives, le lit et les eaux de cette petite rivière qui traverse notre commune.

Afin de mieux protéger les espaces naturels de la commune, l'équipe Mégret a entrepris de remettre au Conservatoire du littoral les terrains correspondant aux salins. L'objectif est ainsi de les préserver définitivement de toute atteinte et de toute urbanisanisation. Dans le même esprit, la municipalité a bloqué les projets de construction sur le plateau de l'Arbois qui domine la ville afin de lui conserver son caractère d'espace naturel. Elle participe en outre activement au programme de reconquête des rives de l'étang de Berre. Et, en collaboration avec l'ONF, les sociétés de chasse, les associations de pêcheurs et le syndicat de la Cadière, elle restaure tous les domaines naturels vitrollais.

Par ailleurs, l'équipe Mégret animée par les impératifs écologiques a lancé dans la ville la pratique du tri sélectif des ordures de façon à permettre un meilleur retraitement des déchets et donc à mieux préserver notre environnement. Avec la même préoccupation, de nombreux véhicules de la municipalité circulent maintenant au GPL beaucoup moins polluant que l'essence ou le gasoil.

S'agissant des nuisances sonores provoquées par l'aéroport de Marignane, la municipalité a multiplié les démarches auprès des autorités compétentes afin d'obtenir des mesures concrètes propres à atténuer le bruit dans les quartiers exposés aux nuisances aériennes.


Une ville plus provençale et plus française

Dans le même esprit, l'équipe Mégret a entrepris de refaire de Vitrolles une ville française et provençale où l'on puisse se sentir à nouveau bien chez soi.

Le retour aux noms traditionnels

C'est ainsi que la municipalité a modifié le nom de certaines places et rues de la ville pour les rendre plus françaises et provençales. Alors que la municipalité socialo-communiste, en choisissant délibérément pour nos rues des noms de personnes étrangères, avait créé une ambiance déracinée, Catherine Mégret et son équipe ont francisé et provençalisé ces dénominations. C'est ainsi que la place Mandela est devenue la place de Provence, le square Dulcie September le square Saint-Exupéry et que des noms comme les Tambourinaires ou les Ségobriges sont venus enrichir les toponymes de notre ville.

De même, l'emblème de la ville est redevenu celui du blason traditionnel de Vitrolles, constitué d'une tour aux couleurs sang et or, et il a été proposé de rebaptiser Vitrolles en Vitrolles-en-Provence de façon à présenter notre commune, maintenant connue au plan national, comme une ville enracinée dans son identité provençale.

La valorisation de nos racines

À cette fin, la municipalité a entrepris de valoriser nos racines et notamment de donner toute sa place au Rocher et au Vieux Village. La chapelle de vie au sommet du Rocher a été rénovée ainsi que les cheminements qui y conduisent. Dans le Vieux Village, la réhabilitation intégrale de l'église Saint-Gérard a été lancée. Des travaux de voirie, notamment au niveau de la rue de la Farandole, ont été réalisés. L'ancienne salle de l'ABC est en cours de réhabilitation pour devenir une salle polyvalente permettant d'y tenir des réunions, d'y organiser des expositions et d'y créer toute sorte de manifestations destinées à développer l'animation dans le centre historique de Vitrolles-en-Provence.

Avec la même volonté de redonner vie à nos racines, de nouvelles manifestations ont été organisées, comme par exemple le marché de Noël qui rencontre chaque année un succès croissant. Quant aux groupes folkloriques provençaux, ils ont été systématiquement soutenus et valorisés. Dans le centre urbain, la pierre du néolithique, signe du peuplement multimillénaire de Vitrolles, a été mise à l'honneur et dressée sur le rond-point central de la ville, celui dit de la "Pierre plantée".

Enfin, un effort a été accompli pour pavoiser la ville à nos couleurs. Un drapeau tricolore flotte désormais au sommet du Rocher et les couleurs de notre pays comme de notre ville qui ornent maintenant les bâtiments publics sont massivement déployées lors des fêtes nationales.

La priorité aux Français

Plus concrètement, la municipalité a entrepris de donner systématiquement la priorité aux Français dans la limite des possibilités légales.

Alors que l'ancienne municipalité socialo-communiste favorisait outrageusement les immigrés, l'équipe Mégret a mis un terme à cette scandaleuse préférence étrangère. Les emplois au sein de la mairie sont accordés en priorité aux Vitrollais français. Les certificats d'hébergement et les mariages blancs supprimés. Quant aux aides sociales, elles s'efforcent, dans la limite des lois actuelles, de privilégier systématiquement nos compatriotes. Bien que la ville possède peu de logements HLM depuis que l'ancien maire PS a bradé le parc immobilier de la SAVEM, l'équipe Mégret a cherché à favoriser systématiquement les Français dans l'octroi des logements.

Dans cet esprit, Catherine Mégret a ainsi fait voter une prime de naissance d'un montant de 5 000 francs pour les familles vitrollaises dont l'un des parents au moins est français ou européen. Cette prime n'a pu à ce jour être mise en œuvre, le pouvoir socialiste l'ayant fait interdire par le tribunal administratif. Pour autant, la municipalité n'a pas renoncé. Elle a fait appel de cette décision inique et se réserve la possibilité de prendre de nouvelles mesures de ce type. Car il est scandaleux de voir un maire et son conseil municipal poursuivis devant les tribunaux pour vouloir aider les familles de leur peuple, alors qu'à Paris, les députés de gauche se prononcent en toute impunité pour le droit de vote des étrangers.

La lutte contre l'immigration inassimilée

Si donc la municipalité n'a pas pu agir directement sur l'immigration, car seul le pouvoir national peut intervenir à ce niveau, elle a pesé de tout son poids afin d'en limiter les effets néfastes pour les Français. C'est ainsi qu'elle a pu empêcher toute construction de mosquée, réduire l'insécurité et favoriser les Français.

Elle a, dans cet esprit, amélioré la situation dans de nombreux quartiers ou le nombre des immigrés non assimilés a pu diminuer. Le seul quartier où les efforts de la mairie sont à ce jour restés vains est celui des Pins. Et cela pour la bonne raison que l'ensemble des bâtiments est géré par l'OPAC, c'est-à-dire par le conseil général socialo-communiste qui, lui, donne systématiquement la priorité aux immigrés. De ce point de vue, on peut dire que le quartier des Pins ne se trouve malheureusement pas sous la responsabilité de la mairie et de Catherine Mégret, mais sous celle des socialo-communistes avec les résultats néfastes qu'on peut constater.

En dehors de cette enclave gérée par la gauche, des premiers résultats ont pu néanmoins être enregistrés. Même si les chiffres en ce domaine sont interdits, l'équipe Mégret a pu ainsi obtenir une diminution du nombre des immigrés non assimilés dans la ville.


L'animation de la ville

Le renouveau des manifestations culturelles

Dans le domaine culturel et celui de l'animation, l'équipe Mégret a effectué un travail considérable. Sur le plan de la culture, c'est un changement de cap complet qui a été opéré. L'ancienne municipalité socialo-communiste multipliait en effet les manifestations et les spectacles sans intérêt pour la majorité de la population vitrollaise. Privilégiant les groupes, les troupes et les artistes gauchistes de leurs amis, elle organisait des spectacles, le plus souvent abscons, qui coûtaient fort cher et n'étaient destines qu'à satisfaire un public de pseudo-intellectuels venus généralement d'Aix-en-Provence ou de Marseille. Tout cela ne contribuait ni à l'épanouissement des Vitrollais ni au développement de notre culture. L'équipe Mégret y a donc mis un terme pour lancer à la place un programme culturel de qualité qui réponde aux souhaits de tous les Vitrollais.

Dorénavant, la municipalité offre chaque mois aux Vitrollais un programme très riche de représentations théâtrales, de ballets, de concerts, d'expositions et de conférences.

Bien que certains, dans les milieux culturels, soient tentés de boycotter notre ville, ces spectacles n'ont cessé de progresser en qualité, permettant ainsi à de nombreux artistes de renom de se produire à Vitrolles-en-Provence.

Ce fut pour les Vitrollais l'occasion d'applaudir Jean Piat, Bernard Menez, Richard Taxi, Claude Gensac, Maurice Rich, Patrick Préjean, Michel Le Royer et d'assister à des pièces ou des opérettes aussi prestigieuses que le Dialogue des carmélites, Amphitryon, Roméo et Juliette, la Veuve joyeuse, l'Auberge du cheval blanc, la Mort des rois, Faisons un rêve, Bérénice.

Ils ont eu la primeur d'une représentation de Gisèle et découvert une exposition exclusive de Kundera. En 1999, la municipalité a proposé pas moins de quatre-vingt-seize spectacles, concerts, expositions et conférences, avec des thèmes aussi variés que le gospel, le jazz, des pièces de Molière, de Shakespeare, de Sacha Guitry ou de Feydeau, des concerts de chambre, des ballets classiques, du rock identitaire français ou des soirées cabaret.

Et l'affluence à ces manifestations est allée croissant. Le théâtre et les salles de concert font régulièrement, salle comble. Quant au festival annuel des Nuits du Rocher, il a connu durant 1'été 2000 un succès sans précédent puisqu'il a fallu refuser du monde.

En dehors des manifestations culturelles de qualité offertes aux Vitrollais, l'équipe Mégret s'est préoccupée d'apporter à tous ceux qui le souhaitent le moyen de se former à l'exercice d'un art.

L'école municipale de musique et de danse a été largement soutenue et encouragée afin d'offrir un niveau de qualité d'enseignement supérieur à celui des villes voisines. Une classe de musique contemporaine a été créée et une classe de danse classique dite "Élite" a vu le jour en 2000. La municipalité a par ailleurs ouvert dès la rentrée 1998 une école d'art dramatique vitrollaise installée à Fontblanche et qui prend progressivement son envol.

Pour ce qui est des bibliothèques, elles ont été confortées et leurs fonds élargis. Aucun livre n'a été retiré, aucun journal censuré. Au contraire, l'équipe Mégret s'est efforcée d'introduire le pluralisme des opinions et des sensibilités dans des établissements qui, sous le règne des socialo-communistes, étaient entièrement dédiés à la pensée de gauche et au politiquement correct.

Enfin, dans le domaine culturel, Catherine Mégret et son équipe ont entrepris de créer à Fontblanche le véritable centre culturel qui manquait à la ville. Ce lieu de charme et d'enracinement va être rénové et agrandi pour accueillir l'école de musique et de danse, le théâtre et son école, des salles d'exposition et de répétition. Actuellement en construction, il montrera clairement que Vitrolles est aussi une ville de culture.

S'agissant du cinéma, la ville a dû fermer la salle des Lumières qui avait creusé un déficit de près d'un million de francs à la charge de la ville. En contrepartie, l'équipe Mégret s'est efforcée d'obtenir la construction d'un vaste complexe cinématographique de type multiplexe dans la zone commerciale. Une société avait donné son accord mais elle n'a pas reçu à ce jour l'agrément de la Commission nationale d'équipement cinématographique. En attendant, la municipalité a prévu d'organiser prochainement une activité de cinéma familial de quartier à l'ABC du Vieux Village.

La multiplication des animations populaires

S'agissant plus globalement de l'animation de la ville, celle-ci a fait également l'objet d'un effort considérable de la part de la municipalité.

Un certain nombre de grandes manifestations annuelles ont ainsi été créées en plus de la traditionnelle fête nationale du 14 Juillet. Ainsi cinq grandes fêtes populaires sont-elles organisées chaque année dans la ville: les feux de la Saint-Jean, le carnaval à thème et à références historiques et culturelles, la fête de la Musique et le réveillon de fin d'année. En outre, sont organisés chaque printemps des jeux inter-quartiers, au cours desquels les habitants s'affrontent quartier par quartier dans des disciplines ludiques et sportives comme la pétanque, les échecs ou le football. Des spectacles pour tous les Vitrollais sont par ailleurs organisés sur des thèmes variés et avec les artistes les plus divers. La ville a par exemple reçu Sylvie Vartan et Herbert Léonard, Dany Brillant et Gavino, la Compagnie créole, Jean-Jacques Goldman, Jimmy Cliff et I Muvrini.

Quant aux animations de proximité, elles relèvent de l'initiative des sept maisons de quartier qui ont été réorganisées pour être ouvertes le plus possible à toutes les associations et à toutes les générations, les jeunes comme les anciens. Dans le centre-ville, l'équipe Mégret a créé en lieu et place du Sous Marin une cybermaison de quartier. Puissamment équipée de trente ordinateurs, celle-ci permet à tous les Vitrollais de venir s'initier à Internet sous la houlette de six formateurs qualifiés.

Dans le même esprit, la municipalité a lancé un vaste programme de câblage de la ville pour étendre les possibilités de réception des programmes de télévision par les Vitrollais, de façon à augmenter la diversité des programmes et la qualité des images.

La promotion d'une vraie vie associative

Mais, bien sûr, l'animation est assurée aussi par les associations, lesquelles sont fortement soutenues par la municipalité. Mais, là encore, la politique menée diffère radicalement de celle des socialistes. Ceux ci en effet avaient créé des associations tenues par leurs amis, dotées de subventions très lourdes et qui n'étaient que des antennes des services municipaux permettant à certaines personnes de mener grand train.

De plus, les associations étaient encadrées sinon enrégimentées au point qu'avait vu le jour une association contrôlée par la mairie, qui chapeautait les autres associations.

Tout cela a été démantelé par l'équipe Mégret et les subventions aussi lourdes qu'inutiles ont été supprimées. Les vraies associations, celles qui sont animées par des Vitrollais bénévoles et dont les activités sont utiles et réelles, reçoivent une aide financière et matérielle en même temps qu'elles ont retrouvé une totale liberté. Pour elles, les subventions ont augmenté de 40% et elles sont beaucoup plus nombreuses à en bénéficier. La ville a ainsi aidé la Maison pour tous à travers d'importantes difficultés de fonctionnement, elle a ouvert les maisons de quartier aux associations et aménagé aux Plantiers une maison des associations.

Le soutien au sport pour tous

Le sport tient bien entendu une place prépondérante dans l'animation de la ville. La aussi, l'équipe Mégret a totalement réorienté la politique que suivaient les socialo-communistes. Alors que l'ancien maire PS pratiquait une politique de soi-disant prestige, consistant à entretenir à coups de millions de francs une équipe professionnelle de hand-ball, l'équipe Mégret a placé les équipements et les activités sportives au service des Vitrollais.

Il s'agit dorénavant de permettre à tous les habitants de la ville de pratiquer dans les meilleures conditions le sport de leur choix et de pousser au plus loin leurs capacités.

Pour ce faire, Catherine Mégret et son équipe ont dissous l'organisation bureaucratique créée par les socialistes qui coiffait les associations sportives. Dorénavant, chacune d'elles peut se développer librement et recevoir de la mairie les aides qu'elle mérite.

La municipalité a ainsi assuré le sauvetage du club de football, l'ESV, placé en situation de dépôt de bilan par les socialistes et que le conseil général de gauche n'a pas soutenu comme il s'y était engagé.

La ville finance en outre des éducateurs sportifs de haut niveau, dont la compétence est indispensable aux Vitrollais qui veulent faire de la compétition, ainsi qu'une trentaine de moniteurs ou auxiliaires sportifs.

Enfin, l'équipe Mégret a lancé un vaste programme de rénovation des équipements sportifs que les socialo-communistes avaient laissés tomber en décrépitude. Deux gymnases ont d'ores et déjà été rénovés et les autres suivront. La base nautique a été restaurée. La ville a en outre complété les équipements municipaux pour les sports qui n'en disposaient pas. Une piste de skate-board a ainsi été construite.

Les résultats obtenus par les équipes sportives vitrollaises prouvent que les efforts consentis par la municipalité, en liaison avec les dirigeants de clubs sportifs, portent leurs fruits. Outre la montée le l'ESV en nationale 1, l'équipe de hand-ball progresse en tête de série, l'équipe féminine de volley-ball est première de la région Provence et les champions vitrollais engrangent de nombreux titres au niveau européen et même mondial. Ainsi, notre ville compte trois champions du monde et deux champions d'Europe de boxe, un champion de France VTT, un champion de France de boules et un sélectionné olympique en trampoline. La ville a en outre accueilli récemment le championnat d'Europe de tir.


Une ville républicaine à l'écoute des Vitrollais

Durant ce premier mandat, l'équipe Mégret s'est employée à pratiquer la démocratie directe et à multiplier les liens et les rencontres avec les Vitrollais.

C'est dans cet esprit que deux numéros verts ont été créés. Le premier pour permettre à chacun d'appeler en direct et sans frais la police municipale et d'obtenir en retour une aide immédiate. Le second pour offrir aux habitants un accès direct et instantané au Service de proximité de la ville et bénéficier ainsi d'une intervention aussi rapide que possible des services techniques pour les problèmes qu'ils peuvent rencontrer et que ces derniers peuvent résoudre.

Par ailleurs, l'équipe Mégret organise tous les six mois des réunions dans tous les quartiers afin que les Vitrollais puissent rencontrer le maire ou ses adjoints ainsi que les principaux responsables de la municipalité. Ils peuvent ainsi faire part de leurs difficultés, de leurs desiderata et aussi de leur satisfaction. Afin de resserrer encore les liens avec la population, l'équipe Mégret a désigné en son sein des élus de quartier au nombre de dix, chargés chacun de s'occuper d'un quartier en particulier et de se tenir en permanence à l'écoute de ses habitants. Résidant eux-mêmes dans le quartier, ces élus sont ainsi leurs ambassadeurs auprès de l'administration municipale et leurs interlocuteurs privilégiés.

Pour rapprocher certains services municipaux de la population, l'équipe Mégret a en outre mis en place deux mairies annexes : l'une dans le Vieux Village, l'autre dans les quartiers sud. Les Vitrollais trouvent ainsi à proximité immédiate de leur lieu d'habitation des représentants de la mairie et les services courants.

Pour les informer, l'équipe Mégret a lancé une revue municipale, le Rocher, qui paraît tous les mois et qui est distribuée dans toutes les boîtes aux lettres. Chacun peut y trouver des informations sur les initiatives de la municipalité, des associations et de tous les acteurs de la vie municipale. En outre, est publié mensuellement le calendrier de toutes les activités, lequel est également affiché dans toute la ville. Lorsque des événements particuliers surviennent, la municipalité en informe les Vitrollais par un document spécial intitulé la Lettre du Maire.

Chaque fois que cela a été nécessaire, l'équipe Mégret n'a pas hésité à lancer des pétitions ou à orgniser des mini-référendums sur des questions ponctuelles.

Le respect des valeurs nationales et républicaines

Dans ce même esprit démocratique d'écoute de la population et de contact avec elle, l'équipe Mégret a pris soin d'honorer les valeurs de notre pays. C'est ainsi que les cérémonies patriotiques ont pris un lustre qu'elles n'avaient pas auparavant. À l'initiative de l'équipe Megret, Vitrolles est même l'une des rares villes de France à disposer au pied de son monument aux morts d'une stèle où brûle la flamme du soldat inconnu spécialement ramenée de l'Arc de triomphe à Paris par une délégation d'anciens combattants vitrollais. Par ailleurs, tous les monuments de la ville ont été rénovés, que ce soit celui du 22 avril 1915 de la communauté arménienne, celui des martyrs juifs de la seconde guerre mondiale ou celui des combattants d'Indochine. Un monument des décorés et victimes du travail a été érigé. De plus, le buste du général de Gaulle exilé dans la zone industrielle a été réinstallé au cœur de la ville dans un site plus digne. De même, un monument et une place ont été dédiés à tous les combattants français de la guerre d'Algérie.

Tel est le bilan de l'équipe Mégret en seulement cinq ans de mandat (1997 2002).

Source : Bruno-Mégret.com

_________________
ZubZub
Revenir en haut Aller en bas
 
Bruno Mégret fait le bilan de l'action du FN à Vitrolles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Game Cube : On fait l'bilan calmement ???
» bilan de fin d'année
» EA fait le bilan de la PS4
» Si ce n'est pas déjà fait
» [LCDJ] L'Union fait la Force V, 24-25 avril, Ormes (45)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voilà Tout! :: informations sur tout :: tout sur la politique-
Sauter vers:  
White Flower 50Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit