Voilà Tout!
bienvenue sur notre forum !
le forum est de nouveau plublic !
Toto 7 Votre administrateur !
Votre forum a un tout nouveau nom !
Voilà Tout !
Bonne Année a tous
Voilà Tout!


 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Khadafi fait une déclaration à la TV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zubule
Mes doigt surchauffe !
avatar

Messages : 634
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Terre Adélie

Feuille de personnage
test:
0/0  (0/0)
loto:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Khadafi fait une déclaration à la TV   Mar 22 Fév - 16:56

Kadhafi a déclaré en direct à la télévision mardi après-midi qu'il restera en Libye et mourra en martyr.
Le colonel Kadhafi dont c'était la première déclaration officielle depuis le début des manifestations contre son régime le 15 février, a menacé mardi les manifestants armés de "la peine de mort", les accusant de vouloir faire de son pays un "nouvel Afghanistan".

La répression libyenne a fait entre 233 et 400 morts, selon les sources.
Lors d'une brève apparition à la télévision dans la nuit de lundi à mardi, Le dirigeant libyen avait démenti avoir fui au Venezuela.

Un Egyptien, qui a fui la ville libyenne de Benghazi, a déclaré qu'il y avait eu au moins 2.000 morts là-bas dans les affrontements avec les forces de sécurité. Ce bilan n'a pu être confirmé de source indépendante.

La répression a fait au moins 62 morts à Tripoli depuis dimanche, a annoncé mardi l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) précisant se baser sur des informations émanant de deux hôpitaux.

De nombreux pays ont envoyé des avions pour rapatrier leurs ressortissants. Les pistes de l'aéroport de Benghazi, deuxième ville de Libye, ont été bombardées, rendant impossible l'atterrissage, a déclaré le chef de la diplomatie égyptienne.

"Le régime de Kadhafi va tomber"
Nouri el-Mismari, ancien chef du protocole de Kadhafi pendant 30 ans, a accordé mardi une interview à Liberation.fr.


"Avec la force et la lutte du peuple, le régime de Kadhafi va tomber", selon lui. "Mais cela ne pourra se faire sans aide: j'ai déjà appelé l'ONU, l'Union européenne, la Ligue arabe". Espérons qu'ils vont entendre cet appel", a-t-il ajouté.

En France depuis novembre pour des "raisons médicales", il a démissionné le 21 février de ses fonctions.

Nouri el-Mismari évoque des "massacres" et un "génocide" dans son pays. "Il y un massacre chaque heure, à chaque moment et dans tous les coins vous trouvez des combats", a-t-il dit. Il confirme le recours à des avions de chasse par le régime de Kadhafi. "Ce qui est malheureux, c'est qu'ils le font avec l'armée de l'air, à l'aveugle."

Il confirme également l'enrôlement de mercenaires africains pour semer la terreur dans les rues libyennes. "C'est la première fois que l'on voit ça", remarque-t-il. Selon lui, Kadhafi a fait appel à des mercenaires étrangers car il ne peut plus faire confiance à la police étant donné que "eux aussi sont Libyens, eux aussi pensent comme les manifestants".

Des mercenaires africains à la solde de Mouammar Kadhafi sont impliqués dans les violences en Libye, patrouillant dans les rues et tirant sur ceux qui tentent de sortir, ont dénoncé mardi des exilé libyens en Suède, citant leurs proches sur place. "Il y a des mercenaires partout", a déclaré une habitante de Tripoli au site leparisien.fr.

"Ce sont des mercenaires africains achetés par Kadhafi. Ils viennent du Tchad, du Nigeria, entre autres. Beaucoup de soldats libyens ont pris le parti des manifestants. Mais ceux qui tirent sont les soldats d'élite et les mercenaires", assure à l'AFP Shaban Egale, 50 ans.

Un habitant d'Al Baïda a raconté mardi que 26 personnes, dont son propre frère, avaient été massacrées dans la nuit par les forces de sécurité libyennes dans cette ville de l'est du pays en état d'insurrection. "C'est pire que quiconque peut l'imaginer, c'est quelque chose qu'aucun humain ne peut mesurer. Ils nous bombardent par avion, nous tuent avec des chars", a-t-il relaté.

Lundi, des avions de l'armée de l'air libyenne ont ouvert le feu sur des foules de manifestants antigouvernementaux dans la capitale, selon la chaîne Al Jazira. Un Libyen se présentant comme un sympathisant de l'opposition a déclaré à la chaîne par téléphone que des avions de l'armée de l'air avaient bombardé "certains endroits de Tripoli", la capitale.

Aucune source indépendante ne permet d'étayer ces déclarations. Deux avions de chasse libyens, pilotés par des militaires qui ont fait défection après avoir refusé de mater la rébellion, et deux hélicoptères civils ont atterri lundi après-midi à l'aéroport de LaValette, la capitale de Malte, a appris l'AFP de sources militaires.

L'un des fils du colonel Kadhafi a reconnu lundi que l'aviation libyenne avait bombardé des dépôts de munitions, sans s'attaquer à des quartiers résidentiels de Tripoli et Benghazi, a rapporté la télévision nationale. "Il n'y a aucune vérité dans les informations voulant que nos forces armées aient visé Tripoli et Benghazi", a déclaré à l'agence de presse officielle Jana Saïf al Islam Kadhafi. La télévision officielle libyenne a démenti mardi des informations sur des "massacres" contre les manifestants anti-régime en Libye, dénonçant des "mensonges et des rumeurs".

L'organisation Human Rights Watch (HRW) avait évoqué un bilan de 233 morts, majoritairement à Benghazi (est), depuis le début de la contestation, mais ce chiffre devrait être désormais beaucoup plus important. La Fédération internationale des Ligues de droits de l'Homme (FIDH) a avancé de son côté un bilan de "300 à 400 morts".

La haut commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a averti mardi Tripoli que "les attaques systématiques contre la population civile pourraient être assimilées à des crimes contre l'humanité". Elle a exigé mardi l'ouverture d'une "enquête internationale indépendante" sur les violences en Libye et demandé l'"arrêt immédiat des graves violations des droits de l'Homme commises par les autorités libyennes".

Le conseil de sécurité de l'Onu a prévu de se réunir mardi pour discuter de la crise en Libye. Lundi, le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-Moon s'est entretenu avec le numéro un libyen Mouammar Kadhafi. Au cours de l'échange, il a condamné l'escalade de la violence en Libye et lui a dit que la répression "doit cesser tout de suite". Il se dit "indigné" par la répression des forces de l'ordre sur la population libyenne.

L'ambassadeur libyen en Inde Ali Al-Issawi a expliqué mardi à l'AFP avoir démissionné la veille à cause de la violence "massive" et "inacceptable" déployée contre des civils dans son pays, citant notamment le bombardement de manifestants par l'armée de l'air.

L'ambassade libyenne en Australie a rompu mardi ses liens avec Mouammar Kadhafi, suivant ainsi l'exemple d'autres ambassades dans le monde, alors que le régime réprime les manifestations de civils, a révélé le quotidien The Australian. "Nous représentons le peuple libyen mais nous ne représentons plus le régime libyen." L'ambassade de Libye en Malaisie a fait de même mardi.

Un diplomate de l'ambassade de Libye au Maroc a démissionné pour protester contre "l'extermination quotidienne du peuple" libyen, a-t-il déclaré mardi à l'AFP.

Le ministre libyen de la Justice a démissionné lundi pour protester "contre l'usage excessif de la force". Une information rapportée par un journal libyen qui précise avoir parlé au ministre par téléphone. La démission de Mustapha Mohamad Abdeljalil n'a pas été confirmée officiellement.

Des diplomates libyens en poste à l'Onu ont exhorté lundi l'armée libyenne à renverser Mouammar Kadhafi, un "tyran", selon eux, qu'ils accusent de "génocide" contre son propre peuple.

Par ailleurs, une coalition de dignitaires musulmans libyens a rendu publique une déclaration appelant tous les musulmans à se soulever contre le régime actuel. "Ils (les dirigeants) ont fait preuve d'une totale impunité arrogante et ont poursuivi, voire intensifié leurs crimes sanglants contre l'humanité. Ils ont de ce fait manifesté leur infidélité totale envers la voie de Dieu et de son prophète bienaimé", a déclaré la coalition, appelée Réseau des oulémas libres de Libye. "De ce fait, ils ne méritent aucune soumission ni aucun soutien, et chacun a le devoir sacré de se soulever contre eux par tous les moyens possibles", ajoute encore le groupe.

Auparavant, la télévision d'Etat avait évoqué une opération ayant fait des morts et menée par les forces de sécurité contre les "saboteurs et (ceux qui sèment) la terreur". Mardi, elle a démenti tout "massacre," estimant qu'il s'agissait de "mensonges qui font partie de la guerre psychologique".

Dans la seule journée de lundi, 61 personnes ont trouvé la mort lundi lors d'affrontements dans la capitale Tripoli, selon la chaîne Al Jazira. Des tirs nourris ont été entendus dans plusieurs quartiers de la ville et des heurts entre opposants et sympathisants du régime ont notamment eu lieu sur la Place verte, selon des témoins. Dimanche, les sièges d'une télévision et d'une radio publiques ont été saccagés par des manifestants.

Des postes de polices et des locaux des "comités révolutionnaires", bras armé de la dictature, ont été incendiés. La "salle du peuple", un bâtiment situé près du centre ville et où sont souvent organisées des manifestations et des réunions officielles, a également été la proie des flammes, a déclaré à l'AFP un Tripolitain résidant à proximité.

La Fédération Internationale des Droits de l'Homme (FIDH) a affirmé lundi après-midi que Syrte, ville natale de Mouammar Kadhafi, était tombée aux mains de l'opposition. Une information démentie par des témoins sur place.

Les informations en provenance de Libye sont rares. Il est difficile d'identifier et vérifier les différents témoignages et bilans provenant de l'intérieur du pays et les journalistes étrangers ne sont pas autorisés à se rendre sur place depuis le début des violences. Les reporters libyens ne peuvent pas non plus aller à Benghazi, bastion de l'opposition, où il y a eu de nombreux morts. La chaîne de télévision quatarie Al-Jazira a accusé lundi les services de renseignements libyens de brouiller son signal dans le pays.

L'armée égyptienne a renforcé sa présence à la frontière avec la Libye pour assurer notamment le passage des ressortissants egyptiens fuyant le pays en proie aux violences, a indiqué à l'AFP une source sécuritaire. Quelque 10.000 Egyptiens sont actuellement en attente près de cette localité frontalière, et 5000 sont déjà arrivés lundi, selon elle.

Dix Egyptiens ont été tués par balles dans la ville libyenne de Tobrouk, non loin de la frontière avec l'Egypte, a déclaré lundi à l'AFP un médecin égyptien qui tentait de se rendre en Libye, citant des Egyptiens fuyant le pays.

La Ligue arabe a décidé de se réunir en urgence mardi après-midi au Caire pour examiner la crise en Libye secouée par une révolte contre le régime.

Aux USA, la chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton a fermement condamné lundi la répression des manifestations en Libye et a appelé le gouvernement à "mettre un terme à ce bain de sang inacceptable".

La France a appelé lundi à la "cessation immédiate" des violences en Libye, où des manifestations sont violemment réprimées, a déclaré le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Bernard Valero, lors d'un point de presse électronique. Paris demande également aux autorités libyennes de respecter "le droit de manifester pacifiquement et les libertés d'expression et de communication".

Les ministres des Affaires étrangère de l'UE ont aussi condamné "la répression en cours contre des manifestants pacifiques en Libye" et déploré "la violence et la mort de civils", selon un projet de déclaration cité lundi par Reuters.

En réaction, la Libye a fait savoir à l'UE qu'elle suspendrait sa coopération en matière de lutte contre l'immigration vers l'Europe si les Vingt-Sept continuent à encourager les mouvements de contestation. Le pays est un point de passage privilégié de réseaux d'immigrants clandestins venus d'Afrique, du fait de ses 2000 kilomètres de côtes et des 4000 km de frontières qu'il partage avec ses six voisins africains.

Source : France 2
Revenir en haut Aller en bas
 
Khadafi fait une déclaration à la TV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si ce n'est pas déjà fait
» [LCDJ] L'Union fait la Force V, 24-25 avril, Ormes (45)
» Vis à vis de -> Déclaration de guerre contre la Ligue
» Haut fait à la cime d'Utgarde
» Trébuchet fait maison pas cher - en 2~3h

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voilà Tout! :: informations sur tout :: tout sur l'actualité-
Sauter vers:  
White Flower 50Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com