Voilà Tout!
bienvenue sur notre forum !
le forum est de nouveau plublic !
Toto 7 Votre administrateur !
Votre forum a un tout nouveau nom !
Voilà Tout !
Bonne Année a tous
Voilà Tout!


 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'histoire de la fondation de Vauvert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zubule
Mes doigt surchauffe !
avatar

Messages : 634
Date d'inscription : 11/01/2011
Localisation : Terre Adélie

Feuille de personnage
test:
0/0  (0/0)
loto:
0/0  (0/0)

MessageSujet: L'histoire de la fondation de Vauvert   Dim 20 Fév - 13:43

Les plus anciennes traces de l'histoire de l'Homme sont représentées par des instruments très primitifs réalisés sur des galets du Grès. Ces outils au tranchant sommairement aménagé, sont particulièrement abondants dans la Vistrenque parmi les cailloux déposés depuis près de 2 millions d'années par le Rhône. Il faut savoir que le Rhône n'avait pas alors son tracé d'aujourd'hui et empruntait l'actuelle vallée du Vistre pour se jeter à la mer aux environs de Mauguio. Ce n'est que bien plus tard (il y a 400 000 ans) que le Rhône adoptera un cours proche de celui que nous connaissons de nos jours. C'est là sur les berges du grand fleuve, riches sans doute en animaux de toutes sortes (des éléphants par exemple), que les premiers habitants de la Costière ont établi leurs premiers campements il y a environ 1 million d'années.

Bien plus tard, vers 200 000 ans avant notre ère, le peuplement gagnera la haute Costière en se concentrant dans les grandes combes qui entaillent vigoureusement les sables et les galets. La Combe de Valliouguès à elle seule recèle une dizaine de gisements préhistoriques dont l'âge varie entre 200 000 et 80 000 avant Jésus-Christ. C'est l'Homme de Néandertal, avec son outillage déjà plus élaboré, taillé sur éclats de silex, qui occupe alors notre région dans un paysage combien différent de celui qui nous est familier. Le climat était froid, la végétation rase, riche en espèces montagnardes. Des animaux aujourd'hui refoulés vers des pays plus septentrionaux, tels que le renne, parcouraient en grands troupeaux ces espaces peu boisés. L'Homme, chasseur principalement, suivait les grands troupeaux d'herbivores qui représentaient l'essentiel de sa nourriture.

Il y a environ 35 000 ans, un nouvel être entre en scène, l'Homme de Cro-Magnon. Cet homme connaît l'Art, maîtrise le feu, il a des préoccupations spirituelles. Ses outils sont encore plus évolués et diversifiés. Nous sommes alors dans la période que les préhistoriens appellent le paléolithique supérieur et qui va durer jusqu'à 12 000 ans avant Jésus-Christ.

Le climat est toujours froid et la quête de la nourriture s'effectue toujours par nomadisme. Les traces de cette période sont peu nombreuses en Costière, localisées surtout sur le rebord Nord, au pied du talus qui domine la Vistrenque. Le gisement le plus riche se trouve très près de Vauvert dans les vignes qui entourent la fontaine des Piles Loins. D'autres sont connus au quartier des Plaines.

Il y a environ 17 000 ans, les Magdaléniens sont venus s'installer aux Piles Loins, profitant sans doute d'une source, déjà existante, pour s'approvisionner en matière première et tailler leurs outils. Ils trouvaient sur la haute Costière de très nombreux galets de silex pour cet usage et surtout l'obtention de fines lamelles de silex destinées à être emmanchées sur des sagaies en bois de renne. Vauvert est à l'époque le "poste frontière" des Magdaléniens, venus une fois n'est pas coutume de l'ouest, quelque part entre la Loire et la Garonne.

Vers 10 000 avant J-C. un réchauffement du climat va modifier de façon radicale le paysage. La forêt reprend ses droits, les grands troupeaux d'herbivores, rennes et chevaux migrent vers le Nord, laissant la place à des espèces vivant en petits groupes dans les forêts comme le cerf, le chevreuil et le sanglier.

De façon exceptionnelle, nous connaissons bien cette période en Costière méridionale avec le site du Plaisir, aux confins de Vauvert et de Beauvoisin. Là, à l'abri d'un fragile surplomb de sable grésifié, un groupe a vécu il y a 10 000 ans et même enterré ses morts. Pour des raisons encore ignorées (épidémies ?) huit individus au moins ont été inhumés au plus profond de l'abri.

Peu à peu, la chasse et la cueillette ne suffiront plus pour nourrir une population sans doute en expansion. L'homme devra alors s'adapter aux conditions nouvelles en domestiquant les animaux et les végétaux. C'est le Néolithique, avec l'apparition de l'élevage d'abord, des plantes cultivées ensuite. L'homme se sédentarisera et les premiers villages avec leur terrain font leur apparition.

Un "village" néolithique existait (malheureusement détruit par la charrue) à Valliarnaude, un autre habitat du Néolithique final existait également au cœur même de Vauvert sur la colline du Castellas. La haute Costière reste alors peu fréquentée, recouverte sans doute de forêts assez denses où domine le chêne blanc.

Des découvertes datant d'avril-juin 1999, ont permis de trouver un nouveau gisement du Néolithique final (5000-4000 ans avant le présent) sur le site de la Condamine, zone d’extension du nouveau Vauvert. Une fouille de sauvetage, financée par la collectivité, a montré l’existence d’un établissement de pasteurs, mais pratiquant aussi une agriculture céréalière. L’étude est en cours mais, d’ores et déjà, on peut affirmer la présence sur la Condamine d’un peuplement d’éleveurs (chèvres, moutons et bœufs) assez conséquent et dont l’habitat principal reste à découvrir. Eleveurs, agriculteurs mais aussi pécheurs, ces populations fréquentaient les rives des étangs de Petite Camargue qui, à l’époque, ne formaient qu’une seule et même lagune en communication avec la mer. Ils pouvaient y pêcher des daurades de belle taille et s’alimenter en coquillage (moules). L’importance de l’établissement est suggéré par la découverte de plusieurs sépultures, dont une double, qui attestent d’une certaine pérennité du site.

La fin de la Préhistoire et la Protohistoire restent mal connues sur Vauvert et le Sud de la Costière en général.

L'âge du bronze est attesté par la découverte ancienne (1851) d’un lot de 38 haches en bronze à proximité de la métairie de Fontieulle. Cet ensemble remarquable, datée de 3500 ans avant le présent, correspond à une cachette d’un colporteur qui, pour une raison indéterminée, n’a pu venir reprendre sa marchandise. Des 38 haches, seules une dizaine subsiste, 5 à Montpellier, 4 à Nîmes, 1 à St. Germain en Laye ; les autres, vendues, ont été dispersées dans des collections privées.

L'âge du fer reste inconnu dans notre région, sans doute en raison d’une lacune de la recherche.

L’entrée dans l’Histoire se fera par la petite porte et Vauvert n’a jamais été une cité romaine ni même une simple bourgade. Certes, on recense quelques traces d’occupation romaine aux Piles Loins et, au delà, à la base du talus qui court vers la tour d’Anglas ; elles sont tardives (IV et Ve siècles) et peu importantes . La " Villa " des Piles Loins n’est qu’un simple établissement artisanal (four probable) dont la nature reste à préciser.

La haute Costière est alors désertée par les hommes qui lui réserve un statut de terroir complémentaire pour le pacage des animaux et la fourniture de bois de chauffe. Le gros de l’occupation est centré sur la plaine, avec une agglomération importante à Védrine au bord du Vistre (St. Sauveur de Védrine). Une " Villa " importante est ici certaine, dès le premier siècle de notre ère (et sans doute avant) comme en témoignent des monnaies d’Auguste et des as de Nîmes au crocodile. C’est sans doute de ce quartier (en grande partie sur la commune du Cailar) dont proviennent les quelques " monuments lapidaires " identifiés Vauvert mais à la localisation plus qu’imprécise...

Vauvert, en tant que véritable entité, n’existera que vers " l’an mil " à un moment ou l’insécurité obligera à gagner les hauteurs. La première bourgade se constituera sur le puech du Castelas qui n’a jamais été une motte féodale (relief artificiel) au sens propre du terme, mais seulement un relief plus ou moins aménagé dans ce haut moyen âge.

C'est à ce moment que Vauvert rentre véritablement dans l’Histoire.

Source : vauvert.com
Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire de la fondation de Vauvert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voilà Tout! :: informations sur tout :: tout sur les informations locales-
Sauter vers:  
White Flower 50Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit